1, De la site Q/Kitomesa C/Mvuzi
+243898965098
iscmatadi@yahoo.fr

Ad majora nati sumus

INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE

Nous sommes nés pour de grandes choses (ad majora nati sumus), voilà la devise que se donnent tous les hommes et toutes les institutions à grand destin et dont les exploits forcent l’admiration.

Tous ceux qui ont eu le privilège de visiter les Universités américaines, qui comptent parmi les plus prestigieuses du monde, savent à quelle compétition elles se livrent pour se maintenir au sommet.

L’esprit de compétition ainsi exprimé est, en modernité, non seulement la clé du succès, mais aussi la meilleure garantie de survie. Car, elle fait garder la tête hors de l’eau pour ne pas couler.

Pour paraphraser Bob Dylan, celui qui n’est pas occupé à renaître, c’est-à-dire à émerger, est occupé à mourir, c’est-à-dire à couler.  Who is not busy being born is busy dying.

C’est cela la quintessence du message du Conseil d’Administration au Directeur Général de l’ISC-Matadi, qui dénonce l’indiscipline de ses agents, laquelle serait nourrie par sa culture de l’impunité.

Le CA-IST demande au Directeur Général de prendre  des décisions tendant à améliorer l’image de l’Etablissement et surtout à réduire la culture de l’impunité qui s’y est installée.

Il met ainsi le doigt sur le paradoxe de la position des Chefs d’Etablissements. Ils ont sur leurs frêles épaules tout le poids du bon fonctionnement de leurs établissements.

Mais, en dehors du pouvoir de suspension, qui est une mesure conservatoire et non une sanction, ils n’ont pas le pouvoir dissuasif de sanction à la hauteur de leurs lourdes responsabilités.

Il ne reste plus qu’à espérer que le souci d’excellence, devenu vital pour notre ESU, fera réduire la lourdeur administrative actuelle, qui fait le lit de l’impunité dont se nourrit l’indiscipline.

Ad majora nati sumus, telle devrait désormais être la devise-phare à notre ESU. Il en va de sa survie dans l’aujourd’hui  du monde universitaire très fermé et réservé uniquement aux meilleurs.

Cela veut dire, en clair, que l’exigence de la soumission à une Agence d’Assurance-Qualité (AQ) incombe à tous les établissements d’Enseignement Supérieur dans le monde, y compris l’ISC-Matadi.

Les critiques sont appelées à monter d’un cran. Celles de bas étages ont, en effet, perdu tout intérêt pour l’ESU d’aujourd’hui, même si leurs consommateurs ataviques en restent friands.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.