1, De la site Q/Kitomesa C/Mvuzi
+243898965098
iscmatadi@yahoo.fr

Devant l’épreuve incontournable et incompressible du haut niveau rattachée à l’idée d’université

INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE

« Bientôt nous serons à Paris ! ». C’est l’exclamation d’un étudiant de l’ISC-Matadi, qui devisait avec ses condisciples au cœur de la cohue des couloirs des locaux pendant les heures creuses.

L’explication toute simple de cette exclamation apparemment tombée du Ciel, tant notre environnement en est éloigné, n’est autre que l’expression de l’espoir du changement radical qui se faufile à l’horizon de l’exécution des projets de modernisation en cours de notre Alma mater.

Lorsque Joseph Kabila dans l’un de ses discours invitait les Congolais à se lancer dans la révolution de la Modernité, il ne croyait pas si bien dire. Il y en a qui l’ont pris au sérieux et se sont engagés à le suivre.

Le Comité de Gestion de l’ISC-Matadi en est. Son action fait rêver. C’est cela qui explique le « Bientôt nous serons à Paris ». Ce qui se réalise à l’ISC-Matadi surprend si agréablement la population que beaucoup y voient les prémisses d’un symbole fort pour Matadi, comme la Tour Eiffel l’est pour Paris, la Statue de la Liberté pour New York, la Tour penchée de Pise pour l’Italie, la Basilique St-Pierre pour Vatican, la Tour de Big Ben pour Londres, pour ne citer que ces symboles-là.

Le cheminement pour atteindre les standards internationaux, objectif de tout le processus de développement engagé, est certes long, mais le présage est bon. Se frotter les mains à cet effet est légitime, avec l’encouragement de la population qui, souvent très critique, ne tarit plus d’éloges sur ce qui se fait, à l’instar de cet étudiant qui, dans son rêve, se voit déjà à Paris, donc dans des conditions rêvées de modernité.

Lorsque le processus du rêve à la réalité aboutira, la méfiance atavique, voire l’hostilité affichée dans notre pays et surtout dans la ville de Matadi vis-à-vis de l’Enseignement Supérieur et Universitaire tombera.

Reconnaissons que l’équation « ESU = facteur du développement de la société congolaise » n’est pas encore un fait patent pour beaucoup. Il reste un défi sérieux à relever, qui passe obligatoirement par l’amélioration des conditions de travail et d’études dans les établissements.

C’est à cet exercice que l’ISC-Matadi s’essaie depuis trois ans, avec ses maigres moyens. Et comme jusqu’à présent, les prémisses sont bonnes, il n’y a pas de raison que la conclusion ne le soit pas.

Quoi qu’il en soit, l’ISC-Matadi prend à bras le corps l’épreuve incontournable et incompressible du haut niveau rattachée à l’idée même d’Université, expression de la culture de l’excellence tous azimuts.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.